jeudi 30 novembre 2017

Comment recycler un reste de poulet, façon thaïe


S’il existe cent manières d’accommoder un reste de poulet cuit, voici la cent-unième: oignon rouge, piment, dés de courge, poivron et poulet baignent dans une sauce au lait de coco et au cari que viennent enrichir des boulettes de pâte appelées mystérieusement des grands-pères. Qui me dira pourquoi on les appelle ainsi ? 

Appréciation ***
Ingrédients pour deux gourmands 
1 c. à soupe d’huile d’olive + 1 c. à thé de beurre ou de margarine 
1/2 oignon rouge ou jaune, haché 
1 petit jalapeno,ou 1 piment oiseau, haché finement, les pépins retirés sauf quelques-uns 
1 tasse de courge musquée, ou une belle courgette, en dés
1 poivron jaune ou rouge, grillé ou pas, en dés 
1 gousse d'ail, hachée finement ou pressée  
1 1/2 c. à soupe comble de farine 
 3/4 tasses de bouillon de poulet, de préférence maison 
1/2 tasse de lait ce coco léger non sucré 
1 c. à thé de pâte de cari Madras 
1 1/2 tasse de poulet cuit, défait en morceaux 
Sel modéré, poivre aussi

Pâte à grands-pères pour deux 
1/2 tasse de farine non blanchie 
1/4 c. à thé de sel 
1 c. à thé de levure chimique (poudre à pâte) 
1 c. à soupe comble de margarine non hydrogénée 
1/4 tasse de lait ou de boisson végétale 
2 c. à soupe de fromage de chèvre très finement râpé 
1 c. à thé de curcuma 

 La cuisson se termine dans un four à 400 °F. 

 1. Dans une casserole ou un poêlon profond, chauffer la matière grasse et y attendrir l’oignon, le jalapeno, les dés de courge durant 2 minutes. Ajouter l'ail, puis la farine et bien mélanger. Verser le bouillon de poulet d'un seul coup et cuire en remuant , la sauce épaissira, poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la courge soit cuite, soit environ 10 minutes. 

2. Ajouter le poulet cuit. Cuire à feu moyen 3 minutes et garder au chaud. 

3. Pendant ce temps préparer la pâte. Dans un bol moyen, réunir la farine, le sel et la levure chimique. Ajouter la margarine et couper avec un coupe-pâte, puis mouiller avec le lait et bien mélanger. 

4. Transférer la sauce dans un plat allant au four, moi une assiette à tarte en céramique. Déposer la pâte épaisse par cuillerées sur la sauce ou façonner 6 petites boulettes avec les doigts. 

5. Enfourner et cuire 20 min ou jusqu'à ce que les grands-pères soient gonflés et dorés. Les miens ont viré au rouge en cuisant, ils étaient d’un beau jaune curcuma auparavant.



mercredi 29 novembre 2017

Pâté au veau au porc et au canard confit +


Année après année, je cherche à bonifier la recette de mes pâtés, ce dernier essai est la combinaison de plusieurs versions, un plat idéal pour la période des Fêtes. Il ne requiert pas plus de préparation que la tourtière traditionnelle, mais les ingrédients qui le composent sortent de l’ordinaire: vin rouge, champignons et bouillon, ainsi qu’un mélange d’épices syrien, le dakka, lui ajoutent une saveur différente. De plus, il me restait un peu de canard confit, trop peu hélas pour qu’on en décèle le bon goût. Comme j’ai fait cuire de la viande hachée pour trois pâtés, j’en ai congelé deux plats avec le projet de faire deux autres pâtés dans quelques jours comportant des ajouts plus substantiels. Voici comment j’ai préparé celui que nous avons dégusté hier. 

Appréciation *** 1/4
Ingrédients pour trois pâtés pouvant servir quatre portions chacun 
550 g de veau haché maigre 
550 g de porc haché maigre 
1 petit oignon rouge, haché finement 
1 pomme de terre moyenne, en dés 
6 beaux champignons blancs, hachés finement 
1 bonne gousse d’ail pressée 
1/2 tasse de vin rouge
3/4 tasse de bouillon de boeuf, réduit en sel 
1 c. à thé de dakka*, voir ci-dessous ou mélange d’épices à tourtière 
Sel et poivre au goût 
1 oeuf battu  

1. Dans un poêlon haut ou une casserole, réunir les ingrédients sauf l’oeuf et bien mélanger en détachant la viande avec une cuillère de bois pendant cinq bonnes minutes, tout en portant à ébullition. 

 2. Réduire le feu et laisser mijoter doucement à découvert de 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce que les dés de pomme de terre soient cuits. 

 3. Verser le tiers de cette préparation dans un bol et lui ajouter presque la totalité d’un oeuf, n’en conserver que 2 c. à soupe qui serviront à badigeonner la pâte. Répartir la viande sur une abaisse de pâte brisée (voir ci-dessous), ajouter une cuisse de canard confite désossée et recouvrir d’une seconde abaisse. 

4. Badigeonner la pâte avec un peu d’œuf battu. Cuire sur la grille du bas d’un four préchauffé à 450 °F durant 15 minutes. Réduire le feu à 350 °F et cuire encore, cette fois sur la grille du centre, durant encore 15 ou 20 minutes. 

* Le dakka est un mélange de plusieurs épices, piment de la Jamaïque (40 %) poivre noir (30 %), cannelle moulue (10 %), cardamome verte broyée (5%), clous de girofle (10 %) de noix de muscade râpée (5%). (Recette tirée du livre Saveurs d’Alep et que j’utilise aussi pour les galettes et les kébbés.) 

Pâte à tarte à la margarine 

Une pâte à tarte santé, très facile à réussir, et que je fais depuis des années. 

Ingrédients pour deux abaisses 
2 tasses de farine tout usage, non tamisée 
1 c. à soupe de levure chimique ( poudre à pâte) 
1 bonne pincée de sel 1/2 à 3/4 de tasse d'eau très froide 
1 c. à soupe de vinaigre de cidre ou de balsamique blanc 
7 c. à soupe légèrement bombée de margarine non hydrogénée (moi, Becel Or) 
Un peu d’oeuf battu pour badigeonner la pâte. 

1. Dans un bol, réunir la farine, la levure chimique et le sel, et bien mélanger. 

2. Incorporer la margarine par cuillerée et la couper d’abord au couteau, ensuite au coupe-pâte, puis malaxer jusqu’à l’obtention d’une chapelure grossière. Cela requiert un bon cinq minutes, mais il importe que la farine soit bien mélangée à la margarine. 

3. Verser le vinaigre dans l’eau très froide, puis incorporer l’eau en commençant par 1/2 tasse (c’est ordinairement suffisant), en mélangeant à la fourchette sans trop travailler. 

4. Former une boule de pâte et envelopper dans une pellicule plastique. Mettre au frigo de 20 à 30 minutes avant de le rouler et de la garnir de viande.


mardi 28 novembre 2017

Escargots en sauce sur pâtes farcies


Un chouette repas dépanneur qui ne requiert que peu d’ingrédients pour être délicieux, une sauce dont la riche couleur émeraude surprend avant de révéler son goût très agréable qui se marie fort bien avec les escargots. De plus, ce régal ne requiert qu’une quinzaine de minutes, après le trempage des escargots, préparation et cuisson comprises, qui dit mieux quand on n’a que peu de temps pour cuisiner ! 

Appréciation ***
Ingrédients pour deux 
1 contenant de pâtes fraîches farcies, moi tortellinis au fromage
1 conserve d’escargots, les petites bêtes rincées et égouttées
1/2 tasse de vin blanc sec

Sauce express au chou frisé et au basilic
2 c. à soupe de tranches d’amande
Le vin de trempage des escargots
1/4 tasse de lait de coco léger
1 grande feuille de chou frisé, la nervure centrale retirée, hachée au couteau
8 feuilles de basilic émincées
2 gousses d’ail, pressées
1  c. à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre au goût
1 c. à thé de fécule de maïs délayée dans un peu d’eau

1. Faire tremper les escargots soigneusement rincés dans le vin blanc durant 1 heure. Égoutter ceux-ci en conservant le vin de trempage. Réserver.

 2. Faire bouillir de l’eau pour la cuisson des pâtes.

 3. Préparer la sauce. Dans le contenant gradué fourni avec le mélangeur à main, réunir le vin de trempage des escargots et les autres ingrédients sauf la fécule délayée. Bien mélanger jusqu’à ce que la sauce soit homogène. Saler et poivrer.

4. Cuire les pâtes en suivant les instructions sur l’emballage, il ne faut ordinairement que 8 minutes.

5. Pendant ce temps, verser la sauce dans une petite casserole, ajouter la fécule de maïs délayée et porter à ébullition. Transvider les escargots dans la sauce, bien réchauffer et servir sur les pâtes.




lundi 27 novembre 2017

Poulet entier épicé au four


Un bon poulet au four au goût de barbecue, probablement moins sucré que ceux des rôtisseries, mais avec une touche personnelle et une petite sauce en prime. Si vous avez tous les ingrédients de la recette originale, n’hésitez pas à la suivre, le lien est sous ma version. 

Appréciation *** 
Ingrédients pour quatre 
1 poulet entier d’environ 1.5 kg 
1 oignon en tranches 

Enrobage tendre 
2 c. à soupe d’huile d’olive 
2 c. à soupe de concentré de tomate 
1 c. à thé de mélasse 
1 c. à thé de sauce Sriracha 

Enrobage sec 
2 c. à thé de moutarde en poudre 
1 c. à thé de paprika 
1 c. à thé de poudre de chili 
1 c. à thé de poudre d’oignon 
Poivre moulu, au goût 

Sauce barbecue express
Le reste de l’enrobage tendre inutilisé 
1 c. à thé de l’enrobage sec
1/4 c. à thé de sel
1/2 c. à thé de fécule délayée dans un peu d’eau 
1/2 tasse de bouillon de poulet

La cuisson se fait dans un four à 375 °F et dure 1 h 30. 

1. Dans un petit bol, combiner l’huile avec le concentré de tomate, la mélasse et la sauce Sriracha. Étendre la moitié du mélange au pinceau sur le poulet, conserver le reste pour la sauce. 

2. Dans un autre bol, combiner les ingrédients de l’enrobage sec. 

3. Installer le poulet en crapaudine et le déposer dans une lèchefrite sur les tranches d’oignon. Saupoudrer uniformément la moitié de l’enrobage sec. 

4. Cuire au four pendant environ 1h 30 ou jusqu’à ce le jus qui ressort des cuisses soit clair quand on les pique avec une fourchette. Après 20 minutes de cuisson, j’ai ajouté 1/3 tasse d’eau autour du poulet et l’ai remis au four. Après 20 autres minutes, j’ai de nouveau ajouté 1/3 tasse d’eau et, avec un pinceau trempé dans la lèchefrite, j’ai retouché le bronzage de la volaille. À mi-cuisson, j’ai ajouté des petites pommes de terre pré-cuites 5 minutes au micro-ondes et j’ai placé un carré de papier alu sur le poulet pour éviter qu’il ne noircisse. 

5.  Pour faire la sauce, réunir le reste de l’enrobage inutilisé dans une petite casserole avec 1 c. à thé de l’enrobage sec, le sel, la fécule délayée et le bouillon. Porter à ébullition et conserver au chaud avant de servir avec le poulet. 

Adapté librement de la recette suivante, 


dimanche 26 novembre 2017

Cannellonis au canard confit +


Ces petits cylindres de pâte sont bien dissimulés sous leur sauce rosée et leur couverture gratinée; on ne voit pas ce qu’ils contiennent: ni les champignons à l’ail, ni les tendres épinards, ni les pacanes croustillantes, ni la délectable chair de canard confite. Mais il faut me croire, de la première bouchée à la dernière, c’est un délice à savourer. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
8 cannellonis à cuisson express, moi de marque Catelli* 
1/2 tasse de cheddar de chèvre ou autre fromage goûteux à gratiner 

Sauce minute crémeuse aux tomates 
1/2 oignon rouge, haché finement 
1 c. à soupe d’huile d’olive 
2 gousses d’ail, pressées 
6 tomates entières en conserve, égouttées 
1/2 tasse de crème légère ou de mélange laitier 5% 
Sel et poivre au goût 

Farce au canard confit 
2 cuisses de canard confites Plaisirs Gastronomiques, désossées à la main 
1 c. à soupe de gras de canard (contenu dans l’emballage) 
1 1/2 tasse de jeunes épinards 
6 champignons moyens, hachés finement 
1 gousse d’ail, pressée 
La moitié d’un gros oeuf 
1/4 tasse de pacanes, grossièrement hachées 
Le zeste de 1/2 orange 

La cuisson se fait dans un four à 350 °F et dure 45 minutes, plus 4 minutes sous le gril. 

1. Commencer par préparer la sauce, elle se fait très rapidement. Dans une petite casserole, attendrir l’oignon dans l’huile et cuire 4 minutes, et ajouter l’ail dans la dernière minute de cuisson. Retirer du feu. Transvider dans le contenant fourni avec le bras mélangeur, ajouter les six tomates entières égouttées et mixer au bras mélangeur. Ajouter 1/3 tasse de crème légère, ou de mélange laitier à 5 % et mixer, on obtient alors environ environ 550 ml de sauce. Goûter, saler et poivrer au goût. Conserver en attente. 

2. Préparer la farce. Dans un poêlon, faire tomber les épinards dans le gras de canard contenu dans le paquet, ajouter les champignons et l’ail et laisser cuire 2 minutes. Transvider dans un bol avec l’oeuf battu, les pacanes et le zeste d’orange, et enfin le canard. Bien mélanger, inutile de saler, mais poivrer généreusement. 

3. Il suffit ensuite de farcir les cannellonis, c’est l’opération la plus longue. On peut essayer avec une petite cuillère mais il sera plus efficace de se servir de ses doigts, ce sont les meilleurs outils pour ce travail. 

4. Dans deux ramequins pouvant contenir quatre rouleaux chacun, déposer la moitié de la sauce tomate, y déposer les pâtes farcies, recouvrir de sauce et parsemer de fromage. Couvrir d’un grand carré de papier alu et refermer. 

5. Enfourner les deux ramequins sur la grille du centre et laisser cuire 45 minutes. Retirer le papier alu, remettre sur la grille du centre et allumer le gril (broil) pour 4 autres minutes ou jusqu’à ce que le fromage soit gratiné. 

 *Il est important, pour que ces pâtes du commerce cuisent correctement, que les cannellonis soient bien recouverts de sauce. On pourrait certainement les remplacer par des pâtes fraîches de lasagne, elles seraient moins longues à farcir et la cuisson au four serait beaucoup plus rapide.



samedi 25 novembre 2017

Côtelettes de porc au four, sauce asiatique


Nous aurions fait un bien meilleur repas si les côtelettes avaient été tendres et fondantes comme elles le sont ordinairement, même quand nous les achetons en promotion, mais ce ne fut pas le cas. La sauce était pourtant savoureuse, la cuisson avait eu le temps d’assouplir la viande, celle-ci s’est avérée décevante malgré les bonnes saveurs qui l’entouraient. 

Appréciation *** 
Ingrédients pour deux 
2 côtelettes de porc d’une bonne épaisseur avec os 
1 poireau, émincé 
2 carottes minces en rondelles 
10 champignons, tranchés 
1 c. à thé de paprika

Marinade à l’asiatique 
Le jus de 2 clémentines, ou de 1 orange 
2 c. à soupe de sauce soya, ou tamari, réduite en sel
2 c. à soupe de vinaigre de riz 
1 c. à soupe de miel 
1 c. à soupe d’huile de pépins de raisin, ou d’une huile neutre 
1/2 c. à thé d’huile de sésame grillé 
1 gousse d’ail, pressée 
3 tranches de gingembre, hachées finement 
1/8 c. à thé de flocons de piment, + ou - au goût 

Sauce express 
Le reste de la marinade inutilisée 
1/2 tasse de bouillon de boeuf réduit en sel 
1 c. à thé comble de fécule de maïs délayée dans un peu d’eau

La cuisson se termine dans un four à 350 °F et dure 45 min. 

1. Dans un bol, réunir les ingrédients de la marinade et bien mélanger. 

2. Saupoudrer les côtelettes de paprika et les déposer dans une assiette. Prélever 4 cuillerées à soupe de la marinade et en badigeonner les côtelettes des deux côtés, conserver le reste au frigo. Couvrir l’assiette de côtelettes d’une pellicule plastique et conserver au frigo 1 heure ou 2, je me suis contentée de 1 heure. 

3. Chauffer un poêlon allant au four et muni d’un couvercle, saisir les côtelettes des deux côtés, les retirer lorsqu’elles sont dorées. Attendrir le poireau et les carottes, remettre les côtelettes sur les légumes avec la marinade dans laquelle elles ont trempé, mais pas celle réservée. Couvrir. enfourner et cuire 30 minutes.

4. Retourner les côtelettes, ajouter les champignons et cuire encore 15 minutes. Au besoin, ajouter un peu de marinade, ce ne fut pas nécessaire. 

 5. Quelques minutes avant la fin de la cuisson, préparer la sauce. Verser dans une petite casserole le reste de la marinade inutilisée, le bouillon de boeuf et la fécule délayée. Porter à ébullition et laisser cuire 1 ou 2 minutes. Conserver au chaud jusqu’au moment de servir les côtelettes et en napper celles-ci.




vendredi 24 novembre 2017

Calmars craquants aux agrumes +


Parce que nous avions beaucoup aimé cette méthode qui consiste à tremper les calmars dans l’oeuf avant de les enrober d’une chapelure croustillante et de les cuire au four, je l’ai appliquée à nouveau, cette fois en modifiant légèrement l’enrobage et en ajoutant des zestes de lime. Le résultat nous a encore conquis, nous nous sommes régalés. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 sac de calmars de 450 g 
1 tasse lait (moi, moitié lait de coco léger, moitié boisson aux amandes)  
1 c. à thé de jus de citron 
1 c. à thé de jus de lime 
1 gousse d’ail pressée
1 pincée de sel 

Trempette à l’oeuf 
1 oeuf battu 
1 c. à soupe de crème, ou de lait de coco léger et non sucré

Enrobage croustillant  
1/4 tasse de chapelure panko 
1/4 tasse de polenta express ou de farine de maïs, semoule no. 400, 
1/4 tasse de parmesan fraîchement râpé  
Le zeste de 1/2 citron 
Le zeste de 1/2 lime 
Sel et poivre au goût  
2 c. à soupe d’huile de pépins de raisin ou autre au goût neutre

La cuisson se fait dans un four à 425 °F.  

1. Rincer les calmars à l'eau froide, les mettre dans un bol et recouvrir de lait. Ajouter les zeste d’agrume, l’ail et le sel et bien mélanger. Recouvrir le bol et laisser reposer au réfrigérateur 1 h 30. 


2. Bien égoutter les calmars et les essuyer avec des essuie-tout. Dans une assiette, battre l’oeuf avec le jus des agrumes. Dans un bol, mélanger les ingrédients de l’enrobage croustillant sauf l’huile qui servira à les badigeonner juste avant leur passage au four. 

3. Préparer une plaque à cuisson en la recouvrant de papier parchemin. À l’aide d’une pince, tremper un à un les calmars dans l’oeuf, puis les déposer dans la panure sèche et bien les enrober sur les deux faces. Déposer les calmars sur la plaque sans les superposer. À l’aide d’un pinceau, badigeonner les calmars d’huile en les tapotant doucement. 

 4. Enfourner et cuire de 10 à 15 minutes en surveillant, puis allumer le gril et sans déplacer la plaque, faire bronzer les calmars 2 ou 3 minutes jusqu’à ce qu’ils soient dorés.  

Servi avec un riz basmati et encore des chips de chou frisé, mon goûteur en a redemandé...!



jeudi 23 novembre 2017

Filets de truite laqués à l’orange + Chips de chou frisé +


Ces filets de truite ont cuit au four en moins de dix minutes, en même temps que le chou frisé (kale) que j’avais fait revenir simplement dans un peu d’huile trois minutes avant de l’enfourner. Le goût de la sauce, fait avec le reste de la laque, est incomparable, un repas express hyper délicieux !

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 filet de truite de 300 g, séparé en deux 
Sel et poivre au goût 

Laque à l’orange 
2 c. à soupe de marmelade d’orange, moi La fraisonnée* 
1 c. à soupe de vinaigre de vin blanc 
1 c. à soupe de sauce tamari légère ou de sauce soya 
1 c. à soupe d’huile neutre, par exemple pépins de raisin 
3 tranches de gingembre, hachées finement 
1/4 c. à thé de curcuma + 1/4 c. à thé de cari en poudre 

Sauce cari-coco 
Le reste de la laque à l’orange 
1/4 tasse de lait de coco léger non sucré

Chips de chou frisé 
3 feuilles de chou frisé, la tige centrale retirée, le reste émincé 
1 c. à soupe d’huile d’olive 
Sel et poivre 

1. Comme pour toute recette express, il faut que les ingrédients soient prêts, car les opérations se font rapidement. Allumer le four à 400 °F et doubler de papier parchemin une petite plaque à cuisson. 

2. Préparer la laque en réunissant dans un petit bol tous les ingrédients de celle-ci. Bien mélanger. 

3. Prélever 1 c. à thé de la laque pour chaque filet et le tartiner avec un couteau. 

4. Enfourner les filets et les cuire 7 min. Pendant ce temps, dans un poêlon antiadhésif allant au four, faire sauter le chou dans l’huile. Saler et poivrer, l’enfourner à côté des filets et cuire 5 minutes, il deviendra croustillant. 

5. Transvider le reste de la laque dans une petite casserole, ajouter le lait de coco et porter à ébullition. 

C’est prêt, il ne reste qu’à servir, en parsemant de graines de citrouille pour le croquant et en accompagnant d'un bon riz basmati agrémenté de zeste de citron qu’on aura préparé à l'avance. 

*La fraisonnée est une entreprise bien de chez nous, des produits bien faits et savoureux. http://www.lafraisonnee.com/tartinades/


mercredi 22 novembre 2017

Clafoutis choco-poires +


Le clafoutis était à l’origine un dessert fait avec des cerises, mais plusieurs versions avec d’autres fruits existent qu’on devrait appeler flaugnardes. Je n’en avais encore jamais goûté avec du chocolat, celui-ci ne sera certainement pas le premier, sauf qu’il aura les caractéristiques d’un dessert léger, fondant et délicieusement velouté, comme il se doit. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour six ou huit portions 
2 poires, pelées et tranchées 
1 c. à soupe de citron frais 
1 c. à soupe de cassonade 
4 c. à soupe de pépites de chocolat mi-sucré 
2 gros œufs 
4 c. à soupe d’huile de pépins de raisin 
1/4 tasse de farine tout usage non blanchie 
1/4 tasse de farine de sarrasin 
1/4 tasse de sucre 
3 c. à soupe de cacao non sucré
1/2 c. à thé de levure chimique (poudre à pâte) 
1 pincée de sel 
1/3 tasse de lait de coco ou de lait 

La cuisson se fait dans un four à 375 °F . 

1. Beurrer une assiette à tarte profonde et y disposer les tranches de poire. Arroser du jus de citron et parsemer de cassonade et de pépites de chocolat. 

2. Dans un grand bol, battre les oeufs au fouet avec l’huile. 

3. Dans un bol moyen, mélanger les farines le cacao, la levure, le sucre et le sel. 

4. Incorporer les ingrédients secs aux ingrédients liquides en trois fois, en alternant avec le lait et bien mélanger à la spatule après chaque addition. Verser cette préparation sur les poires. 

5. Enfourner et cuire entre 25 et 30 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dents ressorte propre quand on l’enfonce dans la pâte. Laisser refroidir avant de servir. 

Ma version sans chocolat, 


mardi 21 novembre 2017

Poêlée de crevettes et d’orzo à l’italienne +


La recette qui a inspiré cette improvisation était à l’origine une salade, j’ai ajouté quelques ingrédients de la cuisine italienne afin d’en faire un savoureux plat chaud: fenouil, tomates séchées dans l’huile et épinards ont été les bienvenus. Un délice qui se prépare très rapidement. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 tasse d’orzo 
Une vingtaine de crevettes 31/40, décortiquées, presque la totalité d’un sac de 340 g, j’en ai gardé quelques-unes pour une petite entrée servie le lendemain. 

Sauce express à l’italienne 
1 c. à soupe d’huile d’olive + 1 c. à thé de beurre 
1 /2 bulbe de fenouil émincé, ou 1petit oignon rouge haché 
1 gousse d’ail, pressée 
Flocons de piment au goût 
3 tomates séchées dans l’huile, hachées finement 
1 c. à thé d’herbes séchées italiennes (moi: fenouil, origan, basilic, menthe) 
1 c. à soupe comble de farine 
1/2 tasse de vin blanc 
1/2 tasse de bouillon de poisson ou de poulet 
1 tasse de jeunes épinards, émincés finement 
1/4 tasse de bouillon au besoin si la sauce est trop dense 
Zeste de citron au goût 

1. Dans une casserole d'eau bouillante salée, cuire l'orzo al dente en suivant les indications sur l’emballage. Égoutter, puis rincer sous l'eau froide pour arrêter la cuisson. Égoutter de nouveau et garder en attente. 

2. Pendant la cuisson de l’orzo, chauffer un poêlon, et attendrir le fenouil ou l’oignon dans l’huile. Ajouter l’ail, les flocons de piment, les tomates séchées et les herbes et cuire 2 minutes. Saupoudrer de farine, puis ajouter le vin blanc, laisser réduire 1 minute, puis ajouter le bouillon. Porter à ébullition, la sauce épaissira. 

3. Incorporer les crevettes dans la sauce bouillonnante et laisser pocher 2 ou 3 minutes, jusqu’à ce qu’elles prennent une teinte rosée. Ajouter alors les feuilles d’épinards émincées et laisser bouillonner 1 minute, le temps qu’elles s’attendrissent. Goûter, rectifier l’assaisonnement au besoin. 

On peut alors ajouter l’orzo cuit dans le poêlon ou le servir à part, nappé de la sauce aux crevettes, l’option que j’ai retenue. J’ai aussi ajouté du zeste de citron, c’était délicieux. 

Inspirée de la recette Salade d’orzo et de crevettes à l’italienne. 




lundi 20 novembre 2017

Gratin de poulet aux deux fromages +


J’ai eu la main heureuse en choisissant d'associer de la courge à un reste de poulet cuit, elle s’est fort bien intégrée aux ingrédients empruntés à la cuisine indienne, lait de coco et pâte de cari. Pour rendre le tout encore plus onctueux, j’ai ajouté un peu de fromage à la crème dans la sauce et terminé l’enrobage par un fromage râpé qui pourrait être remplacé par du gruyère ou de l’emmenthal ou encore par du cheddar. Un gratin différent et hyper délicieux ! 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 c. à soupe de beurre ou d’une bonne margarine 
1 gousse d’ail, pressée 
1 petit oignon rouge, haché 
1 tasse de dés de courge musquée (butternut) 
3 c. à soupe de fromage à la crème 
1 tasse de lait de coco léger 
1 c. à thé de pâte de cari Madras
1 1/2 tasse de poulet cuit, en morceaux 

Enrobage express 
1 oeuf battu 
1/4 de lai,t ou de boisson au soya non sucrée 
45 g de fromage râpé, moi comté 

La cuisson se termine dans un four à 400 °F. 

1. Dans un poêlon à revêtement anti-adhésif, faire fondre le beurre et l’ail, et y attendrir l’oignon et les dés de courge. Cuire à feu doux et à couvert, entre 7 et 10 min, jusqu’à ce que les légumes soient tendres sans être trop cuits. 

2. Ajouter le fromage à la crème, le lait de coco et la pâte de cari et laisser cuire doucement pendant la préparation de l’enrobage. Lorsque le mélange est bien lié, ajouter le poulet cuit, assaisonner au besoin, et verser dans un moule de 20 cm (8 po) de diamètre. 

3. Enfourner sur la grille du centre et cuire une vingtaine de minutes. Au besoin, allumer le gril 2 et 3 minutes pour lui donner une belle couleur dorée. 

Pour recycler un reste de poulet, vous aimerez peut-être aussi: 


dimanche 19 novembre 2017

Steak aux deux poivres + Courge à l’orange


Nous qui mangeons si peu de boeuf, nous avons été déçus par ce faux-filet qui nous avait semblé si appétissant au comptoir des viandes. Ce fut d’autant plus contrariant que la sauce était délicieuse et l’accompagnement de courges à l’orange parfaitement réussi. J’inscris donc les deux recettes, car elles sont délicieuses et vous souhaite une meilleure chance pour la viande ! 

Appréciation des recettes *** 
Ingrédients pour deux 
2 faux-filet de 225 g chacun 
1 c. à thé d’huile d’olive + 1 c. à thé de beurre 
Sel et paprika 

Sauce aux deux poivres 
1/2 c. à thé de poivre noir, grossièrement broyé au mortier
1 c. à thé de poivre vert en saumure, rincé, égoutté et broyé 
1 c. à soupe d’huile d’olive + 1 c. à thé de beurre 
1 c. à soupe de vinaigre balsamique 
3 c. à soupe de brandy 
1/4 tasse de vin blanc 
1/4 tasse de fond de veau, moi bouillon de boeuf 
1/4 tasse de crème légère (15 %) 

1. Mélanger les deux poivres et les presser légèrement sur une des surfaces des steaks. Assaisonner de sel et de paprika. 

2. Chauffer l’huile et le beurre dans un poêlon à fond épais et saisir les steaks 2 minutes de chaque côté. Transférer dans une assiette recouverte de papier alu et réserver au chaud, par exemple dans un four encore chaud mais éteint. 

3. Déglacer la poêle avec le vinaigre balsamique et le brandy en laissant mijoter 1 minute en remuant.  

4. Ajouter le vin blanc et laisser réduire de moitié. Ajouter le bouillon et laisser réduire de moitié. Ajouter la crème et laisser réduire jusqu’à la consistance désirée. Servir avec la courge à l’orange que l’on aura préparée avant et gardée au chaud. 

Courge à l’orange 
Ingrédients pour deux 
1 c. à soupe de beurre 
1 tasse de courge musquée (butternut), en dés 
1 c. à soupe de gingembre râpé 
1/4 tasse de jus d’orange, moi, le jus de 2 clémentines 
Le zeste de 1/2 orange 
1/2 c. à thé de fécule de maïs délayée dans 1 c. à soupe d’eau 
1 c. à soupe de sirop d’érable 

1. Dans un petit bol, réunir le jus d’orange et son zeste, la fécule délayée, le gingembre et le sirop d’érable. Saler, poivrer et réserver. 

2. Dans un petit poêlon, cuire les dés de courge dans le beurre, ajouter un peu d’eau, porter à ébullition et cuire environ 9 minutes ou jusqu’à ce que la courge soit légèrement croquante. 

3. Arroser les dés de courge de la sauce, porter à ébullition et laisser cuire 1 ou 2 minutes. Servir avec des steaks ou du poisson et un autre légume. 

La recette de steak aux poivres provient du livre Le livre des sauces de Paul Gayler, Les Éditions de l’Homme, 2009. 

La recette de courge à l’orange est adaptée du livre de Pascale Coutu et Pierre Tremblay, Le meilleur des courges, Les éditions Goélette, 2012.