vendredi 28 février 2014

Quiche sans croûte, légumes et prosciutto




Les puristes n’aimeront probablement pas que ma quiche n’aie pas de croûte, mais les gourmands paresseux qui souhaitent manger plus sainement n’y verront que du bon. Poireau, carottes, panais sont en abondance et le prosciutto ajoute sa note exquise, un délice à déguster après peu de préparation.

Appréciation ***
Ingrédients pour deux (en  plat principal)
2 c. à soupe d’huile d’olive
1 poireau, émincé finement
2 carottes moyennes, en petits dés
2 panais, en petits dés
2 tranches de prosciutto, en dés (ou à défaut, de jambon)
½ tasse de gruyère, râpé
2 œufs, légèrement battus
3 bouquets de coriandre fraîche, émincés
¾ tasse de crème à cuisson 15 %
¼ c. à thé de mélange à chili


La cuisson se termine dans un four à 400 °F.

1. Faire chauffer la moitié de l’huile et y attendrir le poireau 5 min sans le colorer. Ajouter le reste de l’huile les carottes, le panais, et cuire 5 min, à couvert. Ajouter le prosciutto et cuire encore 5 min, un peu plus au besoin, jusqu’à ce que les légumes soient tendres.  Goûter, saler avec modération (le prosciutto contient beaucoup de sel) et poivrer abondamment.

2. Dans un bol, réunir les œufs battus, la crème à cuisson, le fromage, la coriandre et le mélange à chili. Goûter, saler et poivrer au besoin.

3. Dans une assiette en porcelaine ou en pyrex beurrée, étaler la préparation de légumes et recouvrir de la préparation à la crème. 

4. Enfourner et cuire entre 30 et 35 min ou jusqu’à ce que la préparation soit prise et que l’odeur du fromage embaume.




jeudi 27 février 2014

Pouding aux pommes de Carmy



J’adore les recettes qui se préparent en un tournemain. Un bon petit dessert, peu gras et pas trop sucré. Merci Carmy de l’avoir consigné sur Passion Recettes, je le garde dans mes favoris, il est délicieux.

Appréciation ***
Ingrédients pour six ou huit portions
La cuisson se fait dans un four à 350 °F

Peler et couper :
6 belles grosses pommes (moi 4) en dés,
ajouter un peu de sucre (cassonade), de la muscade (cannelle) au goût, des canneberges (moi, Messidor ai remplacé par des pacanes).
. Disposer dans une assiette à tarte profonde beurrée.

Dans un bol, mélanger :
10 c. à soupe de farine
6 c. à soupe de sucre
1 pincée de sel
1 c. thé de levure chimique (poudre à pâte)
1 oeuf
4 c. à soupe d'huile (pépins de raisin)
10 c. à soupe de lait
½  c. à thé de vanille
Brasser avec un fouet et verser sur les pomme et verser dans un moule beurré de 9 po ou une assiette à tarte profonde comme sur l’image.


Cuire au four, un bon 30 min ou jusqu’à ce qu’un cure-dents inséré dans la pâte en ressorte propre et sec.

Note
On peut le servir tiède, avec du yogourt froid. La plupart du temps, je passe les portions de mes tartes ou gâteaux au micro-ondes quelques secondes, ce qui fait ressortir les saveurs.

mercredi 26 février 2014

Boulettes de veau aux épinards




Ce que j’aime avec les boulettes, c’est qu’on peut varier les versions à l’infini. Je n’avais pas pensé à combiner veau et épinards avant de visiter ce très beau site (voir ci-dessous). Comme d’habitude, j’ai modifié la recette en tentant de conserver le meilleur, ce mélange onctueux de veau et d’épinards.

Appréciation ***
Ingrédients pour quatre portions raisonnable
Les boulettes
400 g de veau haché
1 contenant de jeunes épinards (env. ¾ tasse une fois cuits)
¼ c. à thé de ras-el-hanout
1 petit oeuf ou la moitié d’un gros
½ tasse de chapelure (panko)
Sel et poivre au goût

La sauce
1 échalote sèche, hachée
2 c. à soupe d’huile d’olive
2 gousses d’ail, pressées
¼ c. à thé de ras-el-hanout
¼ c. à thé de paprika
1 c. à soupe comble de farine
2 c. à soupe de concentré de tomate
2 tasses de bouillon de boeuf ou de poulet
Sel et poivre au goût

1. Dans un poêlon, faire revenir les épinards dans l’huile d’olive. Les laisser tiédir, les hacher grossièrement, ajouter à la viande hachée avec le reste des ingrédients des boulettes. Bien mélanger et façonner environ 16 boulettes de la grosseur d’une balle de ping-pong.

2. Préparer la sauce en faisant revenir l’échalote dans la moitié de  l’huile d’olive. Ajouter l’ail et les épices, le reste de l’huile d’olive, saupoudrer de farine, bien mélanger, puis ajouter le concentré de  tomate dilué dans le bouillon. Laisser mijoter la sauce quelques minutes, elle épaissira.

3. Dès les premières ébullitions, ajouter les boulettes à la sauce, couvrir, réduire le feu et laisser cuire une vingtaine de minutes.

Adaptée de la recette suivante :

mardi 25 février 2014

Rôti de filet de porc à la bière




Une manière toute simple de cuisiner un petit rôti de filet qui le laisse tendre, fondant et goûteux.

Appréciation ***
Ingrédients pour quatre
1 rôti de porc, dans le filet de 550 g
1 c. à soupe d’huile d’olive
1 c. à thé d’herbes salées
1 c. à thé de moutarde de Dijon
5 feuilles de sauge fraîche, hachées
3 gousses d’ail, pelées et tranchées
1 c. à soupe de sirop d’érable
½ tasse de bière blonde + ¼ tasse pour les  ajouts
½ tasse de bouillon de bœuf réduit en sel


La cuisson se termine dans un four à 325 °F .

1. Faire chauffer une casserole allant au four 2 min à feu moyen/fort et y faire revenir le rôti dans l’huile d’olive de tous les côtés en commençant par le côté gras du rôti. Retirer et réserver.

2. Dans un petit bol, réunir les herbes salées, la moutarde et la sauge, mélanger et en badigeonner la chair du rôti.

3. Dans la casserole ayant servi à dorer le rôti, réunir l’ail, le sirop d’érable, la bière, chauffer jusqu’au point d’ébullition, réduire le feu et remettre immédiatement la viande dans cette sauce.

4. Enfourner et cuire entre 1 h et 1 h 15 en arrosant avec le jus de cuisson, puis en ajoutant quelques cuillerées de bière aux 15 min.

5. Retirer le rôti de la casserole et le garder au chaud sur une assiette dans le four éteint, recouvert d’un carré de papier alu. Filtrer le jus de cuisson dans une petite casserole et y ajouter le bouillon de boeuf. Faire réduire jusqu’à ce qu’il ne reste que 4 c. à soupe de liquide.

6. Découper le rôti et servir les tranches, nappées de sauce.




lundi 24 février 2014

Pâtes primavera express


Les asperges étant disponibles toute l’année, on peut appeler ces pâtes du joli nom de primavera, du moins en attendant les vraies primeurs du printemps. Idéal si vous avez aussi un reste de pâtes et d’asperges, sinon les faire cuire ne vous prendra que quelques minutes.

Appréciation ***
Ingrédients pour deux
1 c. à soupe d’huile d’olive
3 tomates séchées dans l’huile, hachées
2 ou 3 tranches de prosciutto, en carrés de 3 cm
1 gousse d’ail, pressée
½ tasse de bouillon de bœuf
1 c. à soupe comble de concentré de tomate (pâte de tomate)
8 asperges cuites, en tronçons
Pâtes courtes cuites, pour moi des farfalles
Dés de fromage au goût (un reste de camembert est délicieux)


1. Chauffer un poêlon avec l’huile, faire revenir les tomates séchées avec les dés de prosciutto. Ajouter l’ail et les herbes, cuire 1 min, mouiller avec le bouillon et le concentré de tomate et cuire 3 min.

2. Ajouter les asperges puis les pâtes et bien réchauffer. Goûter, rectifier l’assaisonnement et ajouter les dés de fromage. Bien réchauffer et servir.

Secret de cuisine

Même si c’est un secret de polichinelle, certains gourmands n’y pensent pas toujours : faites cuire un peu plus de pâtes, les restes sont si agréables à accommoder.


dimanche 23 février 2014

Coquilles de petits pétoncles à l’indienne






Ces petites perles sont pochées dans une sauce doucement relevée de cari et de curcuma et surmontées d’une garniture faite de flocons de noix de coco et d’une chapelure au parmesan.

Appréciation ***
Ingrédients pour deux
La sauce
2 c. à soupe d’huile de pépins de raisin
3 oignons verts, tranchés en biseau
4 tranches de gingembre, hachées finement
1 gousse d’ail, dégermée et pressée
½ c. à thé de curcuma
½ c. à thé de cari de Madras
¼ c. à thé de garam masala
2 c. à soupe comble de farine
1/3 tasse de bouillon de poulet
1/3 tasse de lait de coco
1/3 tasse de bouillon de poisson ou de poulet
1 sac de pétoncles de baie, décongelés et égouttés
3 c. à soupe de coriandre fraîche, émincée
Sel et poivre au goût

La garniture
¼  tasse de panko
¼ tasse de noix de coco sans sucre
2 ou 3 c. à soupe de parmesan râpé
1 c. à soupe de graines de sésame

La cuisson se termine dans un four à 400 °F.

Commencer par préparer la sauce en chauffant un poêlon haut avec l’huile. Y attendrir les oignons verts et le gingembre, et cuire 3 min. Ajouter l’ail, les épices, puis la farine en remuant.

Mouiller avec le vin blanc le lait de coco et le bouillon, porter à ébullition. Réduire le feu et mélanger jusqu’à ce que la sauce soit onctueuse, puis incorporer les pétoncles. Porter de nouveau à ébullition, baisser le feu et laisser mijoter quelques minutes jusqu’à ce que les pétoncles soient cuits et que la sauce ait épaissi. Goûter et rectifier l’assaisonnement.

Préparer deux ramequins, y mettre des pâtes courtes cuites ou du couscous (j’en avais de prêt), répartir un peu de sauce aux pétoncles sur le couscous ou les pâtes, puis étaler la garniture après avoir bien mélangé tous les ingrédients dans un bol.

Enfourner et cuire une quinzaine de minutes et passer sous le gril 1 ou 2 min avant de servir avec une bonne salade.






samedi 22 février 2014

Lapin à l’estragon +




Cette recette n’est pas nouvelle, je l’ai préparée à plusieurs reprises, avec autant de commentaires positifs chaque fois. Hier, le lapin avait cette tendreté, ce moelleux, ce goût exquis qu’on aimerait retrouver dans tous les plats mijotés, un bonheur pour les papilles.

Appréciation *** 1/2
Ingrédients pour deux avec restes*
1 lapin de 3 lb (1,5 kg), coupé en morceaux
3 c. à soupe de farine environ
2 c. à soupe d'huile d'olive
1 c. à thé de beurre ou de margarine non hydrogénée
3 échalotes sèches, pelées et tranchées sur la longueur
1 tête d'ail, tranchée en deux moitiés
1 tasse de vin blanc
1 tasse de bouillon de poulet
2 c. à soupe d'estragon frais (ou 2 c. à thé d'estragon séché)
1 c. à soupe de moutarde de Dijon
1 c. à thé de fécule de maïs
1/4 tasse (60 ml) de crème à cuisson 15 %
Sel et poivre au goût

La cuisson se termine dans un four à 300 °F.

1. Enfariner les morceaux de lapin. Dans un grand poêlon allant au four, chauffer l'huile, ajouter le beurre et y faire dorer doucement les morceaux de lapin. Retirer du plat et réserver.

2. Ajouter les échalotes et faire revenir quelques minutes, puis faire revenir l'ail 1 min. Ajouter le vin, le bouillon et l'estragon, porter à ébullition, puis remettre les morceaux de lapin. Saler, poivrer et enfourner, couvrir et cuire 1 1/2 heure.

3. Prélever la quantité de jus de cuisson dont on a besoin selon que l’on sert deux ou quatre personnes. Délayer la fécule dans la crème et ajouter la moutarde. Réchauffer le jus de cuisson et mouiller avec la préparation de crème et de moutarde. Chauffer jusqu'à ce que la sauce épaississe. Rectifier l'assaisonnement et napper les morceaux de lapin de cette sauce.

Servir avec des pâtes courtes et des légumes au goût.
* Recevoir avec un lapin entier, ce n’est pas idéal, c’est offrir les meilleures parties, les cuisses, à ses invités et se contenter du râble. Quand je le prépare pour deux, je sers les cuisses au premier repas et garde les autres morceaux pour un petit repas du midi.

Astuce gourmande
S'il y a un foie avec le lapin à cuire, ne le jetez surtout pas. Faites-en un pâté en suivant la recette de foie de canard express.


vendredi 21 février 2014

Pastilla de couscous au poisson




La pastilla est un plat traditionnel du  Maghreb originaire d’Andalousie. Il est constitué de feuilles de ouarka ou de brick, une pâte très fine, souple et légère, qu’on trouve dans les épiceries orientales. On prépare généralement la pastilla avec des oignons et du poulet, mais plus fréquemment avec des fruits de mer. La version que je vous propose, garnie de couscous à l’aiglefin, n’a rien de traditionnel, mais elle est tout de même délicieuse.

Appréciation ***
Ingrédients pour deux
Le poisson
1 filet d’aiglefin de 200 g
1 c. à soupe d’huile d’olive
1 c. à thé de beurre
1 petite tomate, épépinée, en dés

Le couscous
¾ tasse de couscous moyen
¾ tasse d’eau bouillante
3 tomates séchées dans l’huile, hachées finement
4 olives noires, dénoyautées et hachées
¼ tasse de feuilles de coriandre fraîche, hachées
Sel et poivre au goût

4 feuilles de brick
2 c. à soupe de beurre fondu


La cuisson se fait dans un four à 400 °F.

1. Chauffer un poêlon et y faire revenir  dans la matière grasse le poisson assaisonné de sel et de poivre. Cuire 2 ou 3 min, défaire en morceaux à la spatule et réserver.

2. Préparer le couscous en versant l’eau bouillante sur la semoule de couscous. Laisser reposer 3 min ou jusqu’à ce que l’eau soit absorbée, puis ajouter les tomates séchées, les olives noires  et la coriandre. Bien mélanger et laisser reposer. Goûter, saler et poivrer.

3. Dans deux ramequins beurrés, disposer une feuille de brick et badigeonner au pinceau du beurre fondu sur chacun. Placer une seconde feuille de brick et y étaler un rang de couscous, environ 4 ou 5 c. à soupe. Répartir le poisson sur chacun des ramequins. Replier ensuite joliment les feuilles autour du couscous au poisson et fixer à l’aide de courtes brochettes en métal. Badigeonner la surface de beurre fondu.


4. Enfourner les ramequins et laisser cuire une quinzaine de minutes en surveillant au bout de 10 min. Servir avec une  bonne salade.










jeudi 20 février 2014

Roulés persans aux merguez et aux légumes grillés




Le pain lavash est une fine galette moelleuse faite de farine, de sel et d’eau consommée dans tout le Moyen-Orient. J’en ai fait des roulés garnis de saucisses très épicées et de légumes grillés, le tout parfumé de citron confit et d’épices, une riche combinaison de saveurs qui a valu à ce menu sans prétention une petite fraction de plus que la note de passage.

Appréciation *** ¼
Ingrédients pour deux
4 saucisses merguez, tranchées en bouchées
1 c. à soupe d’huile d’olive
1 c. à thé de beurre ou de margarine non hydrogénée
1 oignon, haché
1 1/2 tasse de légumes grillés* 
1 gousse d’ail, pressée
¼ c. à thé ras-el-hanout
½ tasse de bouillon de bœuf
1 c. à soupe de concentré de tomate
L’écorce de 1 citron confit, haché
¼ tasse de pistaches
1 poignée de feuilles de coriandre, hachées
Sel et poivre au goût
4 pains lavash


*Les légumes grillés
1 aubergine en tranches et un poivron jaune badigeonnés au pinceau d’huile d’olive et saupoudrés d’origan. On les passe au four préchauffé à 425 °F durant 23 min. Une fois refroidie, la peau des poivrons s’enlève aisément. (On les prépare à l'avance la veille ou l'avant-veille, j'en ai presque toujours au frigo.)

Préparation
La cuisson se termine dans un four à 400 °F.

Déposer les bouchées de saucisses dans un poêlon et recouvrir d’eau fraîche. Couvrir, porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter 10 min. Retirer les bouchées, les égoutter et réserver.

Chauffer le même poêlon, y faire revenir les bouchées de saucisse avec l’oignon durant 5 min. Ajouter l’ail, le ras-el-hanout, le bouillon, le concentré de tomate et le citron confit, puis laisser réduire presque à sec. Incorporer les légumes grillés.

Ajouter les  pistaches et la coriandre à cette préparation et étendre en une ligne de 3 cm au centre des pains lavash. Les rouler, les fixer à l’aide de cure-dents et réchauffer au four durant 15 min après les avoir légèrement badigeonnés d'huile d'olive (pour le croustillant).

Servir sur une salade et une petite sauce au yogourt et aux herbes (pas sur la photo).


mercredi 19 février 2014

Moules à la thaïlandaise





Un succulent plat de moules aux accents orientaux, délicieusement relevé et parfumé d’épices et de lait de coco. Servi avec des croûtons et une petite salade.

Appréciation ***
Ingrédients pour deux
1 sac de moules, rincées et ébarbées
½ tasse (125 ml) de saké ou de vin blanc
1 c. à soupe d'huile de pépins de raisin
1 poireau émincé ou 4 oignons verts, émincés
2 gousses d'ail, pressées
5 tranches de gingembre, hachées finement
¼ c. à thé de sambal oelek ou de sauce au piment
½ conserve de lait de coco
1 c. à thé de vinaigre de riz
1 c. à thé de miel
1 c. à thé de sauce de poisson thaï
1 poignée de feuilles de coriandre, hachées
Croûtons frottés d’ail

Préparation
Dans une grande casserole, faire ouvrir les moules dans le saké ou le vin blanc. Égoutter les moules au-dessus d'un plat et conserver le jus de cuisson. Décoquiller les moules et ne garder qu’une moitié de coquille.

Dans une casserole ou un poêlon haut, attendrir dans l'huile le poireau ou les oignons verts 3 min sur feu moyen. Ajouter l'ail et le gingembre, cuire 1 min puis mouiller avec le jus de cuisson des moules et laisser réduire du tiers.

Incorporer les autres ingrédients (sauf les croûtons) et laisser épaissir. Ajouter les moules et réchauffer doucement dans leur demi-cocquilles.



mardi 18 février 2014

Saumon sur pâtes, sauce aux pommes et au cari






À un pavé de saumon laqué à la moutarde et à l’érable, j’ai ajouté une petite sauce aux pommes et obtenu un plat de pâtes légèrement sucré, un délice.

Appréciation ***
Ingrédients pour deux
Le saumon
1 pavé de saumon de 300 g, la peau enlevée, séparé en deux portions
1 c. à soupe de sirop d’érable
1 c. à thé de moutarde à l’ancienne
½ c. à thé d’herbes salées
Quelques gouttes de sauce au piment
Poivre du moulin

Dans un petit bol, réunir le sirop d’érable, la moutarde, les herbes salées
et la sauce au piment.

Laquer le pavé avec la préparation à l’érable, déposer sur une plaque à cuisson doublée de papier parchemin et enfourner à 425 °F durant 9 ou 10 min. S’il reste un peu de laque, la verser dans la sauce.

La sauce
1 c. à soupe d’huile d’olive
¼ c. à thé de curcuma
¼ c. à thé de cari de Madras
1/8 c. à thé de garam masala
1 c. à soupe de graines de moutarde brunes
2 pommes pelées, en cubes
2 c. à soupe de beurre
8 champignons de Paris, tranché
1 c. à soupe de farine
½ tasse de lait de coco
Sel et poivre au goût

Dans un bol moyen, réunir l’huile et les épices, mélanger et y déposer les cubes de pommes.

Dans un poêlon, faire revenir ceux-ci durant 5 min. Retirer et réserver.
Chauffer le même poêlon avec le beurre, et y faire sauter les champignons. Saupoudrer de farine et bien mélanger. Verser le lait de coco et laisser épaissir. Remettre les cubes de pommes dans le poêlon, saler et poivrer et garder au chaud. Au besoin, pour détendre la sauce, ajouter un peu d’eau de cuisson des pâtes.

Une fois la sauce prête et le poisson cuit, servir sur des pâtes cuites al dente, par exemple des spaghettis, d’abord en les nappant de sauce puis en y déposant le saumon.







lundi 17 février 2014

Gâteau cacao/courgette




J’ai testé une recette différente de celle que je fais habituellement afin de la comparer à la mienne. Celle-ci est intéressante et aussi rapide à préparer. Meilleure que la première ? Histoire à suivre…

Appréciation ***
Ingrédients pour huit et +
6 c. à soupe de margarine non hydrogénée
Le zeste de ½ orange
½ tasse de sucre
2 œufs
1 tasse de farine tout usage
1 ½ c. à thé de levure chimique (poudre à pâte)
1 pincée de sel
¼ tasse de cacao
½ c. à thé de cannelle, moulue
1 tasse de courgette, râpée (1 moyenne)
½ tasse de pacanes, grossièrement hachées

Glaçage à l’orange
2 c. à soupe de margarine non hydrogénée
Le zeste d’orange de ½ courgette, râpé
2 tasse de sucre à glacer
Le jus de 2 clémentines

La cuisson se fait dans une four à 350 °F.
Beurrer et fariner un moule en couronne.

Dans un grand bol, battre le beurre en crème avec le zeste d’orange et le sucre. Ajouter les œufs, un à la fois, en battant à la cuillère de bois, jusqu’à ce que le tout soit bien mélangé.

Dans un bol plus petit, mélanger la farine, la levure chimique, le sel, le cacao et la cannelle.

Tamiser sur le mélange précédent en alternant avec le lait. Incorporer les courgettes et les pacanes.

Verser dans le moule (beurré et enfariné) et cuire au four durant 50 min ou jusqu’à ce qu’un cure-dents, après avoir été inséré dans la pâte,  en ressorte propre et sec.  Laisser reposer 5 min à la sortie du four, avant de démouler.

Glaçage à l’orange
Dans un bol moyen, mélanger le beurre ou la margarine et le zeste d’orange jusqu’à ce que ce soit lisse. Ajouter le sucre à glacer tamisé et le jus des clémentines, graduellement, en fouettant. Battre jusqu’à ce que le mélange soit lisse. En recouvrir le gâteau refroidi et  déguster. (Je n’ai fait que la demi-recette du glaçage, ce qui ne m’a pas permis de le recouvrir en entier…)